Articles

Ce jeune de 20 ans veut inventer l’agriculture de demain

October 8, 2019


Je m’appelle Guillaume Thébault, j’ai 20 ans et je souhaite partager un message pour adopter
des méthodes d’agriculture alternatives. Le terrain sur lequel on se trouve,
c’est là où tout est né. Au départ on a construit une cabane
avec un camarade de classe et puis à l’âge de 12 ans on s’est dit on va
continuer, on va faire un petit jardin. De manière circulaire, le jardin s’est
agrandi autour de la cabane. De fil en aiguille, on a pris de plus en plus
de place, de plus en plus de plaisir. Ce qui était au départ un jeu s’est transformé en
une passion qui a occupé tous nos weekends. -C’est là aussi où tu as commencé à tourner
ton film Futur d’Espoir. En 2015, quand on devait faire ce
devoir de fin de scolarité, j’ai d’abord hésité entre choisir le thème des
énergies renouvelables ou de l’agriculture, et en faisant ce jardin, je me suis suis dit
que c’était une bonne occasion d’aller plus loin dans cette démarche là. Donc j’ai commencé à filmer le jardin De fil en aiguille, je me suis dit je vais quand même aller voir les
professionnels, des maraîchers bio. L’idée c’était de pouvoir apporter des réponses
aux questionnements que j’avais à l’époque. On a aussi un pouvoir, et ce pouvoir
il est grand, il est important. On vit dans un environnement et
si on le détériore, si on le détruit, c’est nous qui allons en pâtir les premiers. J’ai la chance de pouvoir rencontrer plein de
personnes qui agissent pour un futur meilleur. C’est une belle symbolique de se dire que la
graine a germé dans le jardin et que ça part d’ici. – C’est un peu ton laboratoire ici ? J’expérimente plein de choses,
évidemment tout en bio. J’essaie plusieurs manières de faire,
je lis dans les livres, que ce soit la biodynamie, la permaculture. Cette année avec mon camarade on s’est dit qu’on aimerait beaucoup produire
une tonne de légumes. Pour voir si on en est capable, si c’est possible, essayer de mettre en pratique toutes les
méthodes qu’on a pu découvrir, et effectivement pour être autosuffisant. Pour nous c’est un enjeu important. Donc maintenant on essaie de réfléchir à la
manière dont on peut optimiser l’espace, utiliser la verticalité du terrain. C’est quelque chose qui est peu
développé dans le maraîchage. On va essayer de faire courir les courges
sur des fers à béton à 2 mètres du sol, là j’ai fait une tour à fraise pour avoir
des pieds de fraises en colonne. Ou encore des concombres sur du fer à béton pour
pouvoir planter des salades en-dessous. L’idée c’est optimiser l’espace pour avoir un
rendement intéressant sur une petite surface, tout en restant dans une agriculture
respectueuse de l’environnement et des humains. Pour intégrer l’école d’agronomie à Genève,
l’HEPIA, il faut faire 10 mois de stage pratique, dans différents secteurs. J’ai déjà fait deux mois en horticulture
et là je fais 3 mois ici. Ce qui m’intéresse c’est de voir plusieurs
secteurs différents dans le domaine agricole et de voir comment chaque secteur fonctionne. On passait pour des marginaux
pendant plus de 20 ans. Et se lancer dans le bio, c’est pas comme ça d’un
coup de baguette magique, il faut une adaptation, il faut déjà que les sols se régénèrent, on ne guérit pas les sols de 30 ans de chimie
en un claquement de doigts. Des terres sont complètement détruites, il n’y a
plus d’humus, plus de matière vivante dans le sol et à long terme c’est très mauvais quoi.
Mais le problème, c’est que l’agriculture, point de vue rentabilité, ils ne voient pas à
long terme, ils voient à court terme. C’est totalement différent de vivre pendant
trois mois aux côtés d’un agriculteur, d’un maraîcher en l’occurence. Et ça permet de voir comment
on peut faire une agriculture respectueuse de l’environnement et des humains, et quel modèle de distribution
peut être mis en place, parce que moi ce qui m’intéresse beaucoup ici c’est qu’on ne réfléchit pas seulement sur la
manière dont on va produire les légumes mais aussi sur la manière
dont ils sont distribués. Ce que je trouve intéressant, c’est que des domaines comme ici en bio
inspirent beaucoup d’autres agriculteurs et au travers des rencontres que j’ai pu faire je
m’aperçois qu’il y a beaucoup de personnes qui se posent des questions en
voyant des confrères agriculteurs cultiver la terre différemment. Et voir que ça fonctionne. Parfois montrer l’exemple c’est très
puissant pour partager un message. On va chez Kevin, qui fait du houblon bio. Je l’avais rencontré lors d’une
projection du film à Fribourg et on avait un peu échangé après la projection. Il m’avait proposer de venir voir son domaine et j’ai accepté l’invitation. C’est la première fois que je viens
donc j’ai hâte de découvrir tout ça. – Salut, ça va ?
– Ça va et toi ? – Ça va bien, ouais. – Bonjour, bienvenue ! Je cultive, je commercialise et
je livre mes légumes, donc je fais toute la panoplie quoi. – Tu t’es lancé à quel âge ? – C’est ma deuxième année. Ben moi avec mes légumes, en terme de chiffres,
je me suis lancé avec 5’000 francs en tout. – C’est incroyable ! C’est rien ! – C’est rien du tout. Et j’ai aucune dette. Donc ça m’a permis d’acheter ce véhicule
électrique pour faire les livraisons étant donné qu’on fait quand même
principalement les livraisons sur Lausanne. Ma petite haie d’honneur ! Je pense qu’on est quand même cette génération
qui est beaucoup dans le partage et l’échange d’informations, de données. Moi je suis autodidacte et puis
sans tous ces livres, sans tous ces blogs sur internet de jardiniers,
maraîchers, permaculteurs, des gens passionnés qui sont aussi bien chez eux
que dans des petites exploitations, qui partagent leur expérience, je n’aurais
pas pu apprendre tout ça. Nous voilà devant l’Agrozouk. C’est un tracteur à propulsion humaine
et assistance électrique. Le modèle que vous voyez a été construit
par la ferme de Rovereaz à Lausanne. Tous les plans de l’Agrozouk sont en
open source, tout est libre de droit, disponible sur Internet
en téléchargement libre. C’est vraiment des plans d’ingénieurs très
précis au niveau des découpes à faire, des soudures, des points de force. Donc tout est vraiment très bien expliqué. C’est un appareil qui revient aux alentours
des 8’000 francs de construction. Très bien adapté à notre utilisation. Donc, le principe est simple, c’est vraiment la
propulsion à pédale qui va entraîner les roues. Comparé à certains tracteurs de 200 chevaux
qui tournent aux alentours des 200’000 francs on a quand même quelque chose de fiable,
de costaud, sur lequel on peut travailler. Après, la seule limite ça va
être notre imagination. Donc tout est récolté le matin,
transformé dans la matinée et livré le soir pour un maximum de fraîcheur. Prêt à partir ! Direction Lausanne ! Le fait d’avoir aucun intermédiaire,
de faire uniquement de la vente directe, j’arrive à vendre mes produits
issus de production biologique, censés êtres plus chers que ceux des grossistes, j’arrive à adapter mes prix presque au
niveau d’un primeur qui n’est pas bio et qui reçoit des légumes du monde entier. Moi, ils me connaissaient
en tante que serveur ici, et puis de passer du jour au lendemain à
maraîcher et leur produire des légumes, ben c’est vrai qu’au début ils des questions,
mais ils ont été prêts à jouer la carte, à prendre le risque, et ça permet à des artisans comme ici,
à des cuisiniers, des restaurateurs de faire vivre un artisan comme moi, et du
coup d’avoir une production 100% locale, et aussi de montrer aux gens que les tomates,
les courgettes, les concombres, ça pousse très bien dans la Broye. Il est urgent d’agir. C’est pas dans un siècle qu’il va falloir
se réveiller, c’est aujourd’hui. Les défis sont extrêmement urgents. Et on s’est dit, finalement, les solutions
alternatives elles existent en bonne partie puisqu’on a déjà 10 à 15% d’agriculture bio,
dans certaines régions c’est plus que 50%. Il y a des pays qui commencent à interdire
totalement les pesticides de synthèse. Donc on voit qu’on a une dynamique,
qu’on a déjà des solutions. Et on s’est dit, c’est pas absurde de proposer
ça à l’échelle de la Suisse, qui est une échelle pertinente parce que c’est
déjà un pays, mais pas un trop grand pays. On a les moyens technologiques, on a
le savoir-faire pour faire cette transition. Ça veut pas dire qu’on doit revenir dans le passé
et s’éclairer à la bougie, c’est vraiment une agriculture plus intelligente, on va s’inspirer de ce qui se faisait dans le temps, il y a certaines solutions qui existaient
et qu’on a pas besoin de changer. Il y a d’autres solutions qui vont apparaître,
par l’innovation technologique, par la meilleure compréhension des mécanismes
de la biologie des interactions entre une plante cultivée et ses
pathogènes par exemple. Il y a donc de multiples défis,
qui sont absolument fascinants, mais je pense qu’on va y répondre
d’une façon intelligente et non pas en produisant des pesticides à large
spectre, qui tuent toute la vie. Les décisions qui sont prises aujourd’hui, ça va
vous affecter vous les jeunes pendant votre vie, et donc vous avez non seulement le droit mais
le devoir de faire entendre votre voix. Allez-y les jeunes ! Je suis dans cette situation ou je m’apprête à aborder les études supérieures,
universitaires. Et ça m’interpelle beaucoup de savoir quel
rôle je peux jouer dans cette chose-là. Je pense qu’il y a la possibilité
d’avancer ensemble. Et moi ça m’interpelle aujourd’hui,
qu’est ce que je pourrai faire par la suite comme sujet d’étude pour
faire quelque chose d’utile et contribuer à l’émergence
de ces alternatives, que ce soit en agriculture ou ailleurs.

No Comments

Leave a Reply